Discours d’Adieu de S.E Mgr. Jean Zaché DURACIN, Président du Haut Conseil de l’UNEPH, à l’occasion de sa retraite canonique, le 1er mars 2019.

Port-au-Prince, le 1er mars 2019

 

Distingués membres du Haut Conseil de l’Université Episcopale d’Haïti,

Distingués membres du Rectorat de l’UNEPH

Distingués membres du Conseil de direction et des décanats des différentes facultés de l’UNEPH,

Membres du personnel administratif et de soutien,

Révérends prêtres et diacres de l’Eglise Episcopale d’Haïti,

Professeurs et Etudiants de l’UNEPH

Invites Spéciaux,

Mesdemoiselles, Mesdames, Messieurs.

 

       Le moment est venu pour moi de partir à  la retraite ,  de faire mes adieux en tant qu’Evêque  Diocésain de l’Eglise Episcopale d’Haïti, Communion Anglicane et Président du Haut Conseil de l’Université Episcopale d’Haïti et me voici, parmi vous cet après-midi, dans ce sanctuaire du savoir, du savoir-faire et du savoir-être, pour présenter à  vous tous mes cordiales salutations et vous exprimer  ma grande satisfaction pour votre précieuse contribution au développement de ladite université fondée en Octobre 1994,  tout au début de mon épiscopat. Vous devinez du même coup la grande émotion qui m’envahit et combien  je me sens  honoré de pouvoir procéder  cet après- midi à la bénédiction des nouvelles salles de classe et de laboratoire de la Faculté de Médecine de  cette prestigieuse institution et de recevoir du Rectorat, comme marque d’estime et d’appréciation  à  mon endroit,  cette plaque Honneur et Mérite pour l’ensemble de mes œuvres sociales et ma grande sollicitude à  l’endroit de l’Université Episcopale d’Haïti (UNEPH).

       En effet,  la fondation de l’UNEPH en Octobre 1994, au début de mon épiscopat,  n’est autre que la concrétisation d’un rêve longtemps caressé par mes prédécesseurs. Elle  répond justement et plus que jamais  à  un besoin  urgent de formation de qualité au bénéfice d’une jeunesse assoiffée de connaissances et soucieuse de son épanouissement personnel, de l’évolution de sa famille et dont  la précarité des conditions socioéconomiques la rendent vulnérable au chômage avec de multiples conséquences dont : le banditisme, l’exploitation à des fins politiques par des leaders sans scrupules et  des difficultés pour le pays de se lancer dans la voie de la paix , de la stabilité , du vivre- ensemble , autant de conditions indispensables aux injections massives directes de capitaux dans les secteurs- clés de l’économie, au progrès et au développement durable de la Nation.    

   Comme vous le savez aussi bien que moi  en tant que chrétiens :  l'homme, créé à l'image de Dieu, n'est nullement condamné à évoluer dans l'ignorance et la misère et l’Eglise, á côté de sa  mission intégrale d’évangélisation,  doit pouvoir également contribuer  à l’amélioration des conditions socioculturelles de l’humanité, tant sur le plan théorique  par ses prises de position publique  sur les problèmes sociopolitiques auxquels sont confrontées les communautés que sur le plan pratique, à travers ses œuvres éducatives, humanitaires et sociales. Elle doit pouvoir se prononcer sur les nombreux défis auxquels fait face la société tout comme sur les grands dossiers concernant l’avenir de l’humanité.

       Personnellement en tant que serviteur de Dieu et de l’Eglise Episcopale d’Haïti, je crois avoir donné un essor considérable à l’Eglise dans sa mission spirituelle ou d’évangélisation au cours de mon épiscopat. De plus, il est évident l’impact de l’Église Épiscopale  d’Haïti,  tant sur le plan théorique par ses prises de position publique en matière de défense des valeurs humanistes  et  de respect des principes  démocratiques  et des droits humains  que sur le plan pratique à travers ses œuvres éducatives, humanitaires et sociales dont l’École Saint Trinité, le Collège Saint Pierre, l’Orchestre Philharmonique de Sainte Trinité, le Centre Saint Vincent à Port-au-Prince,  l’hôpital Sainte Croix , l’Université Episcopale d’Haïti avec son Campus principal à  Port-au-Prince et les autres campus à  Léogane, aux Cayes , à  Hinche et au Cap-Haitien.

       Dans le cas particulier de l’Université Episcopale d’Haïti qui nous accueille cet après-midi, vous avez suivi son évolution depuis sa fondation en 1994. Elle a connu des périodes de confusion, de grandes difficultés pour se relever des ruines du séisme dévastateur du 12 Janvier 2010. Grace à   la résilience, la détermination et la vision du staff dirigeant, elle se trouve classée aujourd’hui parmi les meilleurs établissements d’Enseignement Supérieur et de Recherche au pays. Membre titulaire de la Conférence des Recteurs et Présidents d’Universités Haïtiennes (CORPUHA), de l’Association des Collèges et Universités Anglicanes (CUAC), de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), l’UNEPH sous le leadership du Recteur Lucien Jean BERNARD, avec l’appui solide et consistant du Vice-recteur  Robert R. JOSEPH dans  sa gouvernance administrative et académique,  est  devenue aujourd’hui un acteur attentif  aux besoins de la communauté haïtienne  et aux défis contemporains.

Mesdemoiselles, Mesdames, Messieurs,

     Fort de toutes ces considérations, vous imaginez combien je me sens fier de recevoir cette plaque Honneur et Mérite de cette grande institution de l’Eglise Episcopale d’Haïti  à  laquelle je reste fortement attaché. Merci ! Merci au Rectorat et à tous les membres de  la communauté de l’UNEPH  à  quelque niveau qu’ils soient. Que Dieu vous bénisse et qu’Il accompagne l’UNEPH dans toutes ses démarches pour le plus grand bien de la jeunesse haïtienne et du pays !

    Vous conviendrez avec moi que, malgré mes profondes émotions, je ne saurais mettre fin à  mes propos sans marquer de façon spéciale mon appréciation vis-à-vis de certains responsables qui ont largement contribué au prestige et au rayonnement de l’UNEPH en commençant d’abord par le recteur Lucien Jean Bernard suivi de ses proches collaborateurs auxquels je décerne la plaque Honneur et Mérite .

Distribution des plaques et bénédictions

 

 

 

Mgr. Jean Zaché DURACIN

Evêque de l’Eglise Episcopale d’Haïti,

Communion Anglicane,

Président du Haut Conseil de l’UNEPH

Retour en haut de page